Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Où est l’omelette ? Black Lives Matter Chicago répond à la question de George Orwell

 

« On ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs. » À l’époque de George Orwell – dans les années 1930 – c’est ce que les partisans d’une révolution marxiste violente disaient souvent pour se justifier.

Orwell, l’auteur étonnamment prescient de 1984, avait une réponse simple : « Où est l’omelette ? »

Un regard honnête sur l’omelette offerte par Black Lives Matter est attendu depuis longtemps, en particulier pour BLM Chicago.

 

Que veulent-ils ? Ses partisans et ses apologistes le savent-ils ?

Où est leur omelette ?

Patrisse Cullers, co-fondatrice de BLM

Dans une interview sur Black Lives Matter, son co-fondateur national, Patrisse Cullors, a déclaré : « Nous avons en fait un cadre idéologique. Moi-même et Alicia [Alicia Garza, une autre co-fondatrice] en particulier, nous sommes des organisateurs qualifiés. Nous sommes des marxistes de formation. »

Les BLM de Chicago sont également formés.

Regardez la réunion vidéo qu’ils ont organisée la semaine dernière, intitulée « Black Abolitionist Huddle: On How We Win Police Abolition » (Le rassemblement des abolitionnistes noirs : Comment gagner l’abolition de la police.). Vous verrez que beaucoup d’entre eux maîtrisent parfaitement la rhétorique marxiste, en particulier la version moderne axée sur le renversement du « capitalisme en phase terminale ».

Sur Twitter, BLM Chicago a déclaré ceci, que vous pourriez imaginer venir d’un Vladimir Lénine, vingt ans, réincarné et réveillé :

 

Restez dans les rues ! Le système nous lance toutes les tactiques de diversion et de démobilisation. Nous nous battons pour mettre fin au maintien de l’ordre et aux prisons en tant que système qui nécessite la lutte contre l’impérialisme capitaliste hétéropatriarcal suprémaciste blanc. Examinez vos camarades et restez concentrés.

Cette vidéo de BLM Chicago et ses autres déclarations devraient également mettre un terme à la propagande persistante selon laquelle sa demande de financement de la police signifie en fait qu’il faut simplement ré-imaginer le fonctionnement de la police et réorienter partiellement les ressources.

Cela signifie abolir la police. C’est leur mot d’ordre.

Abolir les prisons aussi. Voici leur position à ce sujet.

Ne vous arrêtez pas là. Tout le département de l’administration pénitentiaire doit disparaître. Sur Twitter, BLM Chicago a dit :

Nous disons #DefundThePolice et #DefundDepOfCorrections parce qu’ils travaillent en tandem. L’augmentation des incarcérations de masse s’est produite parallèlement à la montée de la militarisation et de la police de masse. Elles doivent être abolies en tant que système.

Ce qu’ils ne disent pas est peut-être plus important que ce qu’ils disent. Il n’y a pas de condamnation de la violence. Les graffitis de BLM couvrant une grande partie de Chicago, il ne fait aucun doute que de nombreux membres et sympathisants ont participé au vandalisme.

L’évolution de BLM avec le marxisme a été joliment décrite par The Federalist en 2016, qui a montré comment certaines parties de la plate-forme de BLM se lisent comme si elles avaient été directement tirées des pages du Manifeste communiste de Karl Marx. La popularité de BLM s’est affaiblie à cette époque et les politiciens ont commencé à éviter de le mentionner, principalement en raison de ses positions controversées.

BLM est néanmoins devenu un courant dominant au cours des deux derniers mois. Il est facile de trouver des pancartes de cour de BLM et des personnes apparemment raisonnables qui ont marché avec des BLM ou porté ses pancartes.

Je connais certains de ses apologistes et de ses partisans, et vous aussi peut-être. Certains ont défilé. Certains sont des amis. Ils sont pacifiques et ont des principes, tout comme la plupart des manifestants, et en ont vraiment assez de l’inégalité raciale et de la mauvaise conduite de la police.

Mais eux aussi doivent répondre à la question d’Orwell. Où est l’omelette ?

Plus précisément, quelle est l’omelette que BLM espère servir, selon eux ? Pourquoi l’indifférence au soutien d’une révolution marxiste violente et l’anarchie de l’abolition de la police et des prisons ?

Les explications les moins charitables sont qu’ils sont tout simplement stupides ou mal informés – ignorant ce qu’est le mouvement BLM.

D’autres comprennent parfaitement et approuvent. Ces explications expliquent une partie du soutien apporté par le BLM.

 

Une explication plus charitable s’applique probablement à la plupart de ceux qui adoptent BLM, à savoir qu’ils cherchent seulement à faire une déclaration sur les fautes de la police et la justice raciale, et qu’ils pourraient pointer du doigt certaines des autres actions de BLM, comme les banques alimentaires.

« Black Lives Matter » n’est aussi qu’une expression, pourraient-ils dire ; peu importe l’organisation. Et l’organisation compte de nombreux chapitres qui ne chantent pas tous la même chanson. Ils pourraient pointer du doigt la page Facebook de BLM qui dit : « Ce groupe est l’une des nombreuses itérations de #BlackLivesMatter : un mouvement, une rébellion, une affirmation, une intervention… et bien d’autres choses encore. »

Mais c’est précisément ce flou sur la formulation, l’organisation et le pouvoir diffus qui rend BLM dangereux. Il permet aux manifestants pacifiques d’être utilisés comme des pions qui portent leurs pancartes et éloignent les forces de l’ordre des émeutiers. Il aspire les personnes bien intentionnées mais crédules, surtout les jeunes. Plus important encore, son leadership débridé et la vague distinction d’une phrase ambiguë sont le cocktail parfait pour enivrer la société dans la stupeur indispensable au succès des révolutions violentes : le chaos.

Disons-le plus crûment : Les partisans bien intentionnés de BLM se font avoir. La majorité de ceux qui utilisent l’expression BLM ou qui soutiennent l’organisation sont utilisés au nom d’une insurrection violente et chaotique.

Ils soutiennent également, délibérément ou non, la foule non violente mais vicieuse qui court maintenant sans être contestée à travers l’Amérique.

Bien que deux fois plus d’Américains et une majorité de Noirs américains préfèrent l’expression « All Lives Matter » à « Black Lives Matter », le fait de dire cela peut vous faire renvoyer. Grant Napear, un vétéran de 32 ans de la voix des Rois de Sacramento à la télévision, a perdu son emploi simplement pour avoir dit « All Lives Matter, every single one » (Toutes les vies comptent, chacune.).

Des histoires similaires font maintenant la une des journaux télévisés.

Le sondage ne fait donc que souligner l’ampleur de la purge potentielle par la foule.

Statue renversée de George Washington

Démolir une statue de George Washington ou de Thomas Jefferson et l’asperger de BLM ? Pas de problème. La police se tient à l’écart. Mais remettre en question BLM mettra votre carrière et votre réputation en danger.

Ne vous attendez pas à ce que les partisans de BLM répondent à la question d’Orwell sur l’omelette qu’ils pensent obtenir en cassant des œufs, car ils considèrent eux aussi les questions comme racistes.

 

Si vous voulez la réponse d’Orwell, la voici, tirée du roman 1984 :

Chaque disque a été détruit ou falsifié, chaque livre a été réécrit, chaque photo a été repeinte, chaque statue et chaque bâtiment de la rue a été renommé, chaque date a été modifiée. Et le processus se poursuit jour après jour et minute après minute. L’histoire s’est arrêtée.

Une chose que BLM dit devrait être universellement acceptée, mais pour des raisons différentes. « Le silence, c’est la violence », disent-ils.

En effet, il l’est.

Si les deux tiers des Américains qui croient que toutes les vies comptent continuent de se taire, ils s’attendent à plus de violence pour de nombreuses raisons.

  • Le racisme augmentera grâce à des passions délibérément enflammées par la politique identitaire.
  • La pauvreté s’envolera à mesure que les entreprises fuient Chicago et d’autres grandes villes.
  • Les budgets réduits et les prisons vidées surchargeront les services de police.
  • L’effet Ferguson encouragera les voyous, dans un premier temps, mais les mauvais élèves de la police réagiront plus tard avec véhémence.
  • Et les marxistes entraînés poursuivront leur rêve d’insurrection violente.

Voilà votre omelette.

 

 
ReuterWeb Production
Pin It