Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
 

"On aurait pu éviter 25 000 morts avec la chloroquine" : Le Pr Perronne dézingue la gestion française et évoque l'influence des labos

 

De l'affaire des masques à l'interdiction de la chloroquine, Christian Perronne passe en revue la gestion de la crise du coronavirus en France, qu'il juge calamiteuse.

Alors que de nombreuses procédures judiciaires ont été entamées, le Professeur Christian Perronne, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital Raymond Poincarré de Garches, publie un livre au vitriol sur la gestion française : "Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?"

"J'ai honte pour notre pays"

Le Professeur Christian Perronne dénonce tout d'abord la gestion de la crise catastrophique de la France. Pour cela, il se réfère au taux de létalité de l'épidémie (nombre de morts rapporté au nombre de cas) et non au taux de mortalité (nombre de morts rapporté à la population) :

"En termes de létalité, la France est championne du monde. On est à plus de 20%. Le seul pays qui nous dépasse c'est le Yémen, qui est un pays en guerre où il y a de la famine et pas de système de santé. C'est la 1ère fois de ma vie que j'ai honte pour notre pays"

Il dénonce par ailleurs les mensonges d'État, notamment concernant les masques et les tests, et étrille au passage Jérôme Salomon. Il reproche plusieurs choses au directeur général de la santé, actuellement entendu en commission parlementaire :

D'une part son manque d'anticipation depuis plusieurs années et sa mauvaise gestion du stock de masques, mais également sa gestion catastrophique du stock depuis janvier 2020, date de la première alerte émise par l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn (sans compter les alertes émises dès le mois de décembre.)

Des masques ont été envoyés en Chine et des millions d'autres ont été détruits par la suite, car périmés.

"On aurait pu éviter 25 000 morts"

Le Pr Perronne apporte par ailleurs son soutien au Pr Didier Raoult et à son protocole à base de chloroquine, qui aurait selon lui pu sauver de nombreuses vies comme il l'expliquait à BFM ce 15 juin :

 
Si on avait utilisé la chloroquine pour tous, 25 000 morts auraient pu être évitées. Quand on compare avec les pays qui ont utilisé la chloroquine systématiquement, ça saute aux yeux. Tout cela a été masqué pour les intérêts de laboratoires pharmaceutiques qui voulaient promouvoir d'autres molécules. Malheureusement, beaucoup de mes collègues ont touché beaucoup d'argent de ces laboratoires.

Il pointe en effet les nombreux conflits d'intérêts qui existent au sein du conseil scientifique et n'épargne pas son président au passage : Jean-François Delfraissy. Le grand projet de recherche européen Discovery a par exemple été lancé par un consortium appelé REACTing, crée par ... Jean-François Delfraissy.

Plusieurs autres membres du Conseil Scientifique ont également des liens d'intérêts étroits avec Gilead, un laboratoire pharmaceutique américain qui cherche à promouvoir le Redemsivir, médicament concurrent de la chloroquine. Le Pr Yazdan Yazdanpanah est par exemple un membre du Board de Gilead et également président de ... REACTing.

 

Des éléments intéressants pour comprendre comment une étude bidonnée a pu être publiée dans la revue The Lancet, afin de discréditer la chloroquine (dont on rappellera ici le très faible coût).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
ReuterWeb Production
Pin It