Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
 
Une marche en l'honneur d'Adama Traoré. Photo © SEVGI/SIPA
 

Malgré les preuves qui s’accumulent en faveur des forces de l’ordre, la famille d’Adama Traoré persiste à dénoncer une “bavure policière” et évoque “de pseudos-experts”. 

Pour la troisième fois, la responsabilité des forces de l’ordre est écartée. Près de quatre ans après la mort d’Adama Traoré, deux heures après son interpellation mouvementée par des gendarmes du Val-d’Oise, une nouvelle expertise médicale vient de blanchir les fonctionnaires, selon une information de franceinfo. Pourtant, la famille du défunt persiste à dénoncer une « bavure policière » et estime que la nouvelle expertise est fondée sur un « faux témoignage »

Le plaquage ventral comme origine du décès « infirmé » pour la troisième fois

« M. Adama n’est pas décédé d’asphyxie positionnelle, mais d’un œdème cardiogénique », conclut ainsi le document qu’a pu consulter franceinfo. La précédente expertise, demandées par la partie civile, mettait en cause la technique d’intervention des gendarmes, d’où cette enquête qui avait été ordonnée par les juges d’instruction. « La conclusion est très claire : le plaquage ventral qui est dénoncé depuis le début par la famille comme étant l’origine du décès vient pour la troisième fois d’être infirmé par les experts médicaux », se félicite Rodolphe Bosselut, avocat de deux des gendarmes placés sous statut de témoin assisté. « Aucune responsabilité des gendarmes ne peut être engagée dans ce dossier », fait-il valoir. 

 

L’avocat de la famille dénonce des « médecins incompétents »

Malgré cette avalanche de preuve, les proches d’Adama Traoré persistent à affirmer que c’est bien le plaquage ventral qui a provoqué la mort du jeune homme. Si bien qu’après la sortie de cette dernière expertise, l’avocat de la famille Yassine Bouzrou a estimé qu’elle n’avait « aucune valeur »« Je m’interroge sur le travail réalisé par ces pseudo-experts. Je pense qu’ils ont été choisis pour rendre ce travail-là. Ils font honte à la médecine. Cette énième expertise réalisée par des médecins incompétents en la matière n’apporte absolument rien », a notamment chargé le juriste, estimant que le rapport « se base sur un témoignage mensonger ». M. Bouzrou évoque ici le cas d’un témoin qui « a fait état des difficultés respiratoires d’Adama Traoré » et qui « refuse de témoigner devant les juges d’instruction », selon lui. 
 

ReuterWeb Production
Pin It