Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Esther Krakue : J’ai osé remettre en question les objectifs de Black Lives Matter – et j’ai subi les pires abus racistes

 

Lorsque j’ai quitté le Ghana avec ma famille au début de mon adolescence pour m’installer au Royaume-Uni, le pays qui m’a accueillie était un pays où le multiculturalisme était florissant et où les voisins étaient chaleureux et discrets.

Vos réalisations n’étaient pas précédées par la couleur de votre peau ou votre place sur le totem de la politique identitaire.

Les personnes issues de minorités ethniques et raciales ne regardaient pas constamment par-dessus leur épaule et supposaient que chaque interaction sociale était empreinte de dédain ou de racisme. C’était une Grande-Bretagne où la confiance l’emportait sur la victimisation.

 

Mais, à ma grande consternation, le ton a complètement changé, et de façon inquiétante, au cours des cinq dernières années.

Aujourd’hui, moi, une femme noire de 24 ans d’origine ouest-africaine, on s’attend à ce que je sois mortellement offensée si quelqu’un ose supposer que ma peau foncée pourrait signaler un héritage non originaire des îles britanniques.

On attend de moi que j’exprime haut et fort mon approbation des libéraux blancs qui m’informent de mon oppression inhérente en tant que « femme de couleur ».

Au milieu des manifestations et du tumulte de ces dernières semaines, je suis de plus en plus préoccupée par les méthodes et l’agenda politique d’extrême gauche du mouvement Black Lives Matter ici au Royaume-Uni.

J’ai été horrifiée de voir cette ridicule campagne de démolition de statues et de reliques du patrimoine britannique s’intensifier. C’est une campagne qui n’a encore fait aucun progrès pour m’aider de manière tangible en tant que personne noire. Et ces dernières semaines, j’ai fait part de mes préoccupations sur Twitter. Mais ce faisant, je suis devenu la cible d’une vague de vils abus en ligne.

Au début de ce mois, j’ai tweeté : « Les Britanniques ont-ils encore le droit d’être fiers de leur culture et de leur héritage ou est-ce raciste maintenant ? » J’ai aussi dit que j’en avais « assez de toutes ces protestations ». La semaine dernière, j’ai clairement indiqué que je ne soutenais pas BLM, en ajoutant : « Je ne l’ai jamais fait. Je ne le ferai jamais. Je n’ai pas besoin de mettre un carré noir en ligne ou de m’attacher à cette organisation pour prouver que je me soucie des Noirs. »

 

Certains des commentaires sur les médias sociaux que j’ai reçus à la suite de ces tweets ont été vraiment choquants. J’ai été la cible d’une campagne d’abus, de haine et de fausses informations visant à ternir la réputation d’une femme noire. Je me réveille tous les jours avec des messages horribles. La plupart de ces abus semblent provenir de partisans noirs de Black Lives Matter, dont un nombre important d’Afro-Américains, bien que j’aie également été maltraitée par des libéraux blancs. Certains des trolls ont fait circuler une fausse image, dont ils suggèrent à tort qu’il s’agit de moi. Elle montre une femme noire à genoux se faisant passer pour le chien de dessin animé apparemment serviable Scooby-Doo et flanquée de quatre femmes blanches. On a utilisé contre moi un langage raciste qui est aussi mauvais que le mot en « N ».

Des gens m’ont dit qu’ils espéraient que je sois stérile.

Ce que j’ai reçu la semaine dernière en ligne m’a donné un aperçu de la partie la plus sombre de l’âme humaine – celle qui peut rassembler la haine la plus terrible. Cela ne m’empêchera pas, cependant, de m’interroger sur les motivations de ce mouvement.

Le slogan de cette campagne est incontestable. Bien sûr, les vies noires comptent. Elles comptent de la même manière que la vie de chacun, en tant qu’être humain, compte. Chaque individu, quelle que soit la couleur de sa peau, devrait avoir le droit de rechercher le bonheur et de vivre sans préjugés. Et là où la discrimination et l’injustice raciales existent dans ce pays, elles doivent être éradiquées.

Mais un simple coup d’œil à la section « Qui nous sommes » de sa page de collecte de fonds en ligne montre que cette organisation représente bien plus que des « vies noires ». La page GoFundMe du groupe explique qu’il entend être « guidé par un engagement à démanteler l’impérialisme, le capitalisme, la suprématie blanche, le patriarcat et les structures étatiques qui nuisent de manière disproportionnée aux personnes noires en Grande-Bretagne et dans le monde ».

 

Qu’est-ce que la « défense des vies noires » a à voir avec le démantèlement du capitalisme – un système qui a permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté absolue au cours de ce seul siècle ? En quoi le démantèlement de la création de richesses profiterait-il aux vies noires ? Je me considère comme un conservateur (mais pas un Tory) et je ne peux pas m’engager dans la destruction du capitalisme. En fait, je trouve ces opinions odieuses. Cela signifie-t-il qu’il n’y a pas de place pour moi dans ce mouvement antiraciste ?

Le financement de cette organisation suscite également des questions croissantes. BLM UK a récolté plus d’un million de livres sterling ces dernières semaines et on ne peut que supposer que ce chiffre va augmenter suite à la manifestation publique de soutien des équipes de football de la Premier League.

Le groupe semble cependant déterminé à dépenser l’argent pour une série d’initiatives marxistes qui, selon sa page GoFundMe, comprennent « l’élaboration et la mise en place de formations, de contrôles de police et de stratégies pour l’abolition de la police ».

Mais comment peut-on défendre les Noirs, ou n’importe qui d’ailleurs, si l’on soutient un programme qui vise à abolir la police ? Comment la montée en flèche de la criminalité va-t-elle aider les communautés noires ? Si nous abolissons la police, par quoi la remplacerons-nous ?

Le groupe affirme également qu’il s’organisera dans « la tradition radicale noire » afin de garantir la « libération des Noirs ». Mais qu’est-ce que la « tradition radicale noire » et ne serait-il pas préférable de consacrer des ressources à la libération des Africains subsahariens qui sont encore réduits en esclavage dans de nombreuses régions d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ?

Ayant étudié pendant quatre ans à Bristol pour obtenir un diplôme, j’ai été stupéfait par le signal de vertu qui a poussé les manifestants à démolir la statue d’Edward Colston. Je dois ajouter que beaucoup de ces personnes étaient des individus blancs qui sont probablement des descendants de bénéficiaires directs de la traite des esclaves. Oh, quelle ironie !

J’aimerais savoir, de la part des dirigeants, largement anonymes, de la campagne du BLM Royaume-Uni, s’ils protestent par solidarité avec le mouvement américain ou à cause des actions de notre propre force de police, principalement non armée, dont le modèle de « police par consentement » est envié dans le monde entier. Les manifestants qui crient « ne tirez pas » sur les policiers britanniques sont-ils conscients que les matraques que nos agents portent régulièrement sont incapables de faire office d’arme à feu mortelle ?

L’expérience profondément désagréable d’être ciblé en ligne m’a montré à quel point ce débat devient toxique. Pourquoi les gens qui prétendent s’occuper des Noirs sont-ils si coincés et sur la défensive alors que quelqu’un affirme qu’un programme destructeur pour les Noirs est mis en place à l’arrière de ce mouvement ?

Nous devons nous réveiller et voir que les gens essaient de diviser ce pays et utilisent les groupes minoritaires pour le faire. Il s’agissait d’abord de statues, puis d’une interdiction potentielle de chanter Swing Low, Sweet Chariot lors des matchs de rugby. Quand cela va-t-il se terminer ? Cette petite faction d’activistes de gauche ne cessera jamais d’essayer de déchirer ce pays et de faire honte à tous les aspects de l’héritage britannique. Il nous incombe à tous de lutter contre cette situation par l’éducation, par une défense acharnée de la liberté d’expression, et de dénoncer l’hypocrisie des individus et des organisations qui tentent d’armer les groupes minoritaires à leurs fins politiques.

Mes parents m’ont appris la valeur du travail acharné, de l’honnêteté, de l’humilité et de la défense de la vérité. On m’a appris à juger les individus sur le contenu de leur caractère, et je ne me rendrai jamais aux appâts de la race qui tentent de me soumettre. Je ne me tairai jamais. Et vous ne devriez pas non plus.

ReuterWeb Production
Pin It